solvabilité 2

Article : L’appétence aux risques : une notion ambivalente et pourtant si stratégique !

La version pdf est téléchargeable ici: Article _ L’appétence aux risques _ une…bivalente et pourtant si stratégique !

L’appétence aux risques : une notion ambivalente et pourtant si stratégique !

 Patrick Cohen – David Fitouchi – Actuaires IA 

Que suis-je prêt à perdre pour obtenir ce que j’espère ? C’est par cette simple question que pourrait être définie la notion d’appétence aux risques ; notion de plus en plus utilisée et devenue centrale depuis l’entrée en vigueur de Solvabilité 2.

En effet, l’appétence aux risques n’est rien d’autre que l’acceptation d’une mise en danger afin de réaliser un objectif. Toutefois, cette notion reste encore difficile à appréhender pour plusieurs raisons.

La première raison repose sur le fait que la notion d’appétence aux risques n’est pas forcément intuitive. Le terme d’appétence renvoie à une idée de prise de risque qui peut paraître, pour certains, contradictoire avec l’activité d’assurance. En effet, la volonté de s’assurer est souvent associée au désir de se couvrir contre un danger en oubliant qu’il s’agit avant tout d’un transfert de risques de la part de l’assuré vers l’assureur. Ainsi, il existe par nature une prise de risque liée à l’assuré et donc, a fortiori, à l’activité d’un organisme d’assurance.

Par ailleurs, la notion d’appétence renvoie pour beaucoup à une idée de plaisir, comme s’il s’agissait d’une volonté de prendre des risques afin de combler une envie. Or, ce n’est pas sous cette notion « d’envie » qu’il faut interpréter l’appétence. En effet, ce serait oublier qu’avoir de l’appétit signifie également devoir satisfaire un besoin. C’est sous cette seconde lecture qu’il faut comprendre la notion introduite par Solvabilité 2. Elle ne signifie pas « rechercher une prise de risque à tout prix » mais, « accepter une prise de risque dans le but d’atteindre un objectif précis ».

Ce concept d’acceptation de prise de risque (dans le but d’atteindre un objectif) se retrouve dans des situations anodines du quotidien comme courir et traverser au feu rouge pour ne pas rater son bus et arriver à l’heure à son rendez-vous. En effet, lorsqu’une personne se presse et traverse alors que cela lui est interdit, elle prend un risque. Ce risque sera ou non accepté en fonction de ce que le rendez-vous peut effectivement apporter. Autrement dit, la personne mesure alors le risque pris en fonction du gain potentiel dont elle pourrait en tirer pour prendre sa décision.

Ainsi, pour se prononcer sur l’acceptation ou non d’une prise de risque supplémentaire, il faut pouvoir disposer d’instrument de mesure. Pour un organisme d’assurance, il faut bien entendu s’assurer que le niveau de prise de risque fait bien l’objet d’un consensus entre les membres du Conseil d’Administration, les actionnaires et la Direction Générale. Il est également nécessaire que l’expression de la prise de risque acceptée ; l’appétence aux risques ; soit communiquée aux différentes fonctions clés afin de donner un cadre à leurs travaux, à leur avis et à leurs alertes potentielles.

La question est alors de savoir comment formaliser cette appétence.

La difficulté réside principalement dans le fait qu’il n’existe pas de mesure « règlementaire » contrairement, par exemple, au SCR qui représente le risque de faillite avec une probabilité de 0.5% à horizon 1 an. Accepter un risque supplémentaire étant un choix (stratégique) d’entreprise, il n’existe pas de définition générale permettant une mesure commune, conventionnelle et standardisée de l’appétence aux risques. Les choix des indicateurs de risque doivent être effectués de manière à rendre l’appétence aux risques la plus compréhensive possible pour l’organe d’administration, de gestion ou de contrôle (AMSB) et la plus utilisable et mesurable pour les fonctions clés.

Le véritable défi du choix de la métrique est précisément de faire de l’appétence aux risques un véritable outil de décision et d’alerte pour la gouvernance de l’entreprise. Autrement dit, il faudrait que la mesure (métrique) choisie permette une réflexion réelle sur les choix à venir.

Notre approche et le fruit de nos travaux nous ont montré qu’une Value at Risk à 10% à horizon 1 an pourrait être utilisée du fait qu’il renvoie à un risque décennal ; un risque à une échelle plus « humaine » et parlante. Par exemple, nous avons pu remarquer que les appétences prononcées de la manière suivante pouvaient être les plus compréhensibles et utilisables : « Sur l’année à venir, l’organisme accepte de prendre un risque pouvant entraîner une perte de 5000 k€ avec une chance sur 10. Autrement dit, l’organisme souhaite limiter la perte potentielle du ratio de solvabilité de 50 points dans 90% des cas. »

A une perte maximale acceptée par un organisme à la vue du développement futur de son activité est ainsi également associée une appétence en termes de ratio de couverture (d’autres indicateurs pourraient également être utilisés : ratio P/C, résultat technique, …).

Une fois ce montant d’appétence global déterminé, reste alors la question de la déclinaison. Ce dernier aspect est très certainement celui qui pose le plus de difficultés aux organismes. Pourquoi ? Car il n’est pas ici question d’allocation d’un montant de capital entre des filiales ou des pays mais, d’une allocation entre des risques. L’enjeu est alors double : Il faut tout d’abord déterminer une méthode d’allocation qui permette de disposer de niveaux de tolérance pour chacun des risques de l’organisme puis, communiquer ensuite ces dernières aux équipes. Ces dernières pourront alors se fixer des limites opérationnelles qui leurs permettent de respecter ces niveaux de tolérance et donc l’appétence de l’organisme.

A ce jour, il n’existe pas de méthode prédominante en matière de déclinaison. Comme pour la définition de l’appétence d’une certaine manière, chacun est libre d’effectuer l’allocation entre les risques selon sa volonté propre (privilégier un bénéfice de diversification, une recherche de résultat financier, un volume d’affaires cible, etc.). Cependant, la difficulté ne réside pas tant sur le fait de trouver une méthode d’allocation mais plutôt sur la formalisation d’une déclinaison qui puisse influencer aisément les politiques écrites. Toutefois, ce problème pourrait être résolu en « inversant l’ordre de la chaine » et en formalisant la politique écrite en fonction du niveau de tolérance déterminé.

La communication de l’appétence constitue le point d’orgue de cette mise en œuvre. En effet, elle est nécessaire au bon fonctionnement des travaux de tous et ce quel que soit leur position. Comment le responsable de la fonction clé actuariat peut-il donner son avis sur la politique de réassurance de l’organismes si l’appétence n’a pas été communiquée ?

Afin de faciliter cet exercice de pédagogie, il apparait crucial de traiter de l’appétence au même moment que la stratégie. Cette dernière est encore bien trop négligée au profit d’un raisonnement seulement comptable.

Dans un contexte de mondialisation dans lequel des harmonisations globales sur les normes de solvabilité sont en construction, il apparaît capital de ne pas négliger la réflexion économique et statistique. Il est alors du ressort de l’actuaire de faire en sorte que les organismes comprennent l’importance d’avoir un raisonnement partagé afin de ne pas considérer les exigences réglementaires comme des contraintes mais comme de réels outils de pilotage.

Cabinet Actuariat
  • appétence au risques
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Septembre 2014: Actuelia devient sponsor du Blog d’Alban Jarry

Depuis septembre 2014, Actuelia est le premier sponsor du Blog d’Alban Jarry, http://albanjarry.wordpress.com/

Ce blog, unique en France dans son domaine, propose des contenus exclusifs et indépendants. Sa communication est destinée aux professionnels de la banque, finance, assurance sur des thématiques originales :

  • Réglementations financières
  • Réseaux Sociaux
  • Personal Branding

Ce blog de référence est régulièrement cité dans de nombreux articles de presse :

  • AFP
  • BFM Business
  • efinancialCareers
  • Les Echos

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

L’argus de l’assurance et Actuelia partenaires pour une formation sur IFRS 4

Le chantier de la norme « contrats d’assurance » a été rouvert en juin 2013 avec la publication, par l’IASB, d’un exposé-sondage préfigurant ce qui pourrait être dans la future IFRS 4 Phase 2. Si l’idée de comptabiliser les passifs à la « juste valeur », cohérente avec Solvabilité 2, est désormais acceptée, le prix à payer pour disposer de comptes harmonisés à l’échelle internationale semble très élevé en termes de complexité.

L’objectif de la formation est présentée ci-dessous:

  • Comprendre le cadre et les enjeux des normes IFRS
  • Comprendre l’approche bilancielle induite par les normes IFRS 4 en Assurance et ses impacts sur la communication financière
  • Identifier les synergies avec les référentiels Solvabilité 2 et MCEV et les principales positions du marché

Pour s’inscrire: http://evenements.infopro-digital.com/argus/formation-normes-ifrs-658

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Collecte 2014 de l’ACPR : Ouverture de la page dédiée à la remise au format XBRL

L’ACPR a souhaité permettre dès 2014 aux organismes de participer à l’exercice de collecte préparatoire en déposant sur le guichet de la Banque de France des remises XBRL.

La page de l’ACPR traite à la fois du périmètre de la collecte XBRL 2014, de la taxonomie et des conditions de la remise XBRL.

Plus d’information sur la page suivante: Banque de France

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Actuelia: Publication de la plaquette de présentation

Actuelia; Cabinet d'Actuaire Conseil

Fondé en 2013, Actuelia est un cabinet de conseil en actuariat. Son objectif est de proposer aux acteurs de l’assurance une équipe d’actuaires consultants, pragmatiques, pédagogues et d’une proximité sans égale.

Afin de garantir à ses clients le meilleur niveau d’expertise dans l’analyse des risques (vie, non-vie, prévoyance et santé), Actuelia s’est doté d’une équipe polyvalente, qui lui permet de couvrir l’ensemble des spécificités actuarielles.

Le secteur de l’assurance étant en constante évolution (concurrence, exigences réglementaires, complexité des produits), notre cabinet se positionne pour vous accompagner sur l’ensemble des problématiques actuarielles.

Actuelia fournit une vaste gamme de services pour aider votre entreprise à gérer ces demandes :

  • Actuariat Produit
  • Réglementation et Gestions des risques
  • Audit et provisionnement
  • Formations

Notre équipe s’efforce de mettre autant d’énergie sur l’échange, la collaboration à long terme et la proximité avec nos clients que sur la rigueur de nos analyses techniques.

Pour en savoir plus sur Actuelia, notre plaquette de présentation est ici.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Solvabilité 2: EIOPA publie les traductions des guidelines sur l’ORSA (FLAOR), la gouvernance et les pré-candidatures de modèles internes

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Avancée majeure sur Solvabilité 2: EIOPA publie les orientations finales sur l’implémentation de la directive (phasing in)

Vendredi 27 septembre: EIOPA prévoit une approche progressive et proportionnée

pour la Directive Solvabilité II (Solvency II), une approche par «phasing in» (attentes différentes en 2014 et 2015). L’autorité européenne demandera aux superviseurs nationaux de s’assurer que les entreprises et groupes d’assurance prennent des mesures actives pour la mise en œuvre de la nouvelle directive.

Il appartiendra aux autorités nationales de décider de la meilleure façon d’intégrer les directives dans leurs cadres réglementaires ou de surveillance nationaux. D’après Bernardino, les «stakeholders» ont aidés à affiner le contenu pour parvenir à une approche plus équilibrée pour la phase préparatoire.

EIOPA a déclaré qu’il envisageait de publier les directives dans toutes les langues officielles de l’Union européenne le 31 Octobre avec une date d’application du 1er Janvier 2014. On s’attend à ce que les autorités nationales annoncent leur plan d’action à EIOPA dans les deux mois. Un nouveau rapport d’étape sera prévu en Février 2015.

La consultation des propositions d’EIOPA du 27 septembre sont disponibles sur son site.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

La présidence lituanienne du Conseil de l’Union Européenne reprend les négociations sur Solvabilité II

Dans le cadre de son programme de travaille sur le second semestre 2013, la présidence lituanienne annonce :

Relativement aux assurances, la Lituanie  prévoit de reprendre les négociations sur la directive «Omnibus II» visant à doter de nouvelles autorités de surveillance financière de pouvoirs pour agir et prévoir les périodes transitoires pour la mise en œuvre de la directive Solvabilité II.

Pour plus d’information sur le programme: Presidency Programme

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone